Image crédit : pixabay.com

Un lien très étroit existe entre la relation d’aide en intervention thérapeutique humaniste et la qualité des effets bénéfiques qu’on peut en retirer. Cela, je l’ai moi-même expérimenté. Quand on est parvenu à vivre en harmonie, à répondre adéquatement à ses besoins en ayant éliminé la majorité de ses difficultés relationnelles, cela définit bien ce à quoi pourrait ressembler un environnement propice à un épanouissement personnel.

J’ai pris connaissance, en voulant étudier et approfondir l’humanisme, que ce choix d’étude n’est pas un courant de pensée fréquemment abordé au Québec. La majorité des études que j’ai faites, je les ai faites dans le privé. La raison principale est que la thérapie comme telle est quand même un phénomène assez nouveau qui n’a vu le jour que depuis à peu près une soixantaine d’années. Ces disciplines ne sont pas moins efficaces et nécessaires pour autant. Puisque je les ai préconisées parmi toutes en tant que patient d’abord, et lorsque j’ai réellement expérimenté ce qu’était un épanouissement personnel en profondeur, j’ai immédiatement su ce qu’elles « avaient dans le ventre ». Ce bon environnement a été l’approche humaniste qui m’a rendu responsable de mon bonheur. Je me suis dit que si le maître d’œuvre de mon propre bien-être, de mon épanouissement personnel, c’est moi, alors tous doivent l’appliquer à leur vie. Cette approche qui sert à alimenter sa réflexion personnelle a fait pour moi des miracles. La pensée qui n’a pas été ressentie en profondeur est stérile.

Certes, la souffrance, le malaise et la maladie ont toujours été présents dans notre société, mais ce qui est différent maintenant d’auparavant, c’est que de plus en plus de personnes éprouvent le besoin de chercher par elles-mêmes des réponses qui pourraient les soulager.

Ces réponses que les personnes cherchent éperdument, et qu’elles parviennent finalement à trouver par elles-mêmes, la science ne pourra jamais leur apporter cela, simplement parce que cette recherche ne relève pas explicitement de leurs connaissances et domaines professionnels.

Les gens se tournent de plus en plus vers des démarches qui peuvent les aider à trouver des réponses en eux-mêmes et par eux-mêmes. De toute façon, le thérapeute ne peut entreprendre quoi que ce soit à la place de la personne puisque ressentir et penser est propre à chacun.

L’endroit idéal par où commencer est en soi-même. Le principe de chercher en soi-même des réponses à ses propres questions implique la nécessité d’un travail sur soi. C’est le seul endroit où ces réponses se trouvent. Ne vous servez pas des autres pour vous convaincre vous-même du bienfondé de cette démarche. Vous devez être convaincu vous-même qu’elle est pour vous. Personne d’autre que vous ne peut aussi bien que vous vous encourager dans cette voie. Tous les autres autour de vous ne feront que discréditer, voire ridiculiser, votre démarche si vous n’en êtes pas   vous-même suffisamment convaincu. Vous en resterez au même point qu’eux, c’est-à-dire dans l’ignorance de ce qu’une vie d’épanouissement peut vous apporter.

L’option humaniste consiste notamment à prendre davantage en considération la personne plutôt que le problème, la personne dans sa globalité plutôt qu’une seule partie ou dimension de son être tout entier. L’investissement porte alors sur l’individu, son évolution, sa croissance, son épanouissement et prend en compte les besoins du participant, à sentir chez l’autre et en lui-même, la part de l’être humain. En avant plan, loin devant les soi-disant techniques de guérison vous promettant des miracles.

Pour avoir l’impression de participer et d’accéder à une expérience divine hors du commun dans un monde matériel, l’approche humaniste est particulière pour vous aider à vous faire vivre une expérience d’épanouissement et d’harmonisation globale et je vous en expliquerai les raisons.

Étant donné que je pars de ma propre expérience, ce qui me permet d’être cohérent avec ce que je prêche comme approche humaniste, je vous dirai que c’est avec amour qu’on est venu me chercher. Lorsque le côté humain est ressorti plus fort que la tâche à accomplir, plus que la façon d’y parvenir, c’est là qu’on obtenait ensemble du succès. C’est lorsque dans la démarche on parvenait à me toucher profondément que je pouvais commencer à faire confiance pour ensuite user de sagesse.

La pierre philosophale de cette approche humaniste repose ici sur deux principes de base. D’abord l’amour puisqu’il est le seul moyen possible qui puisse permettre l’harmonisation en vous et autour de vous, ensuite la sagesse qui vous incitera à l’appliquer à votre vie.

Nous devons apprendre à vivre en harmonie, car tant et aussi longtemps que nous croirons que chaque partie du tout universel peut fonctionner séparément sans l’apport des autres, cela ne fonctionnera pas. Lorsque j’affirme cela, je dis que cela ne passera pas l’épreuve du temps. Ce travail ne serait qu’éphémère et infertile en termes de résultat. Je pense que, entre autres, quand on cultive un domaine en particulier, on est porté immanquablement à en négliger les autres aspects de notre vie.

Dans cette démarche, nous nous concentrons davantage sur ce qui peut nous permettre de créer des liens, plutôt que sur un concept en particulier. Oui, nous les traitons un à la fois, mais dans un but soit d’éliminer les obstacles ou de tenter des rapprochements entre eux. Nous travaillons d’abord sur un équilibre de vie.

Les thérapies humanistes ont ceci de particulier, elles peuvent se regrouper et former ce que plusieurs appellent le mouvement du potentiel humain. C’est ce que nous tentons de cultiver, « le meilleur de vous comme potentiel humain », dans cette démarche d’épanouissement.

Quand j’ai réalisé que je ne serais pas plus intelligent parce que je suis instruit, je n’ai plus ressenti le besoin de me faire valoir avec mes mérites. Alors vous comprendrez pourquoi mon humanisme s’est cultivé davantage par l’expérimentation dans le laboratoire de la vie que dans les universités. Pour en avoir côtoyé plusieurs universitaires diplômés en psychologie, en théologie, en philosophie, en service social, je peux vous dire qu’ils ne sont pas exempts et à l’abri de leur propre tendance, loin de là ! La dépression, des déficiences de caractère, des peurs, ils sont tout aussi fragiles que vous et moi et pour une grande majorité d’entre eux, ils ont vraiment besoin d’aide eux aussi. Petit commentaire personnel, je ne crois pas que les connaissances enseignées dans les universités, une connaissance qui provient des autres à priori intellectuelle, sont ce qu’il y a de mieux pour qu’un être, appelé à être complet, puisse s’épanouir pleinement. Ces enseignements qu’on inculque sonnent creux. Ce qui, aux dires des gens, est ce qu’il y a de meilleur et ce qu’ils disent censé être ce qu’il y a de mieux, et pourtant leur vérité sonne faux dans leurs agissements, et lors de situations intenses et particulièrement éprouvantes. C’est ce qu’ils sont parvenus à réaliser à coup de volonté dans leur propre vie au service des autres qui me rejoint davantage. Mais je sais que je dois apprendre à voir les choses différemment si je veux être transformé par le beau et le bon côté de la vie. En pensant autrement et différemment, en ne voyant que le bon côté de la vie, en laissant leurs imperfections comme les miennes de côté, je parviendrai à me dépasser sans commettre les mêmes erreurs.

J’ai dû m’en remettre à l’écoute, au service et à l’observation pour étoffer l’essentiel de ce que nous aurions à apprendre pour nous épanouir et à développer dans notre vie.

Bien entendu, aujourd’hui, les gens font spontanément davantage confiance à la science pour résoudre leurs problèmes qu’à l’amour, la foi, la paix, l’harmonie. Alors, imaginez, rien que pour un instant, ce que serait votre vie sans espoir? Pour vous sentir bien et en sécurité, vous devrez regarder plus loin que vous-même, en vous-même. La science ne considère comme crédible que ce qu’elle peut étudier, observer, quantifier, calculer, mesurer, comparer, peser, classer. Je ne suis pas contre les approches scientifiques, je m’en sers également, c’est seulement que je considère, moi aussi, que ce n’est pas suffisant. Tout ce que nous sommes en mesure de réaliser avec la science, ce n’est qu’à peine 33 % de ce qui peut être fait pour être totalement vécu. Penser ainsi est se limiter à ne vivre qu’en partie. On ne passe pas toute sa vie à étudier, à rationaliser sa vie sous prétexte qu’on se regarde en face. On doit aussi respirer, manger, dormir, aimer, communiquer ses émotions, passer à l’action pour réaliser ses buts, objectifs, rêves, prier, méditer pour être et vivre tout simplement. Pour la science, on dirait que cela ne compte pas. On ne vit pas que de la tête, on a aussi un corps, un cœur, une dimension spirituelle ou psychique. Le tout se vit dans l’action qui nous rappelle là où nous en sommes rendus dans notre vie. Sans compter les impondérables dont on ne peut évaluer toute la portée, que ce soit la maladie ou la mort d’un proche. On n’a aucun pouvoir sur les événements qui peuvent aussi soit nous aider ou nous terrasser, nous empêcher de vivre pleinement à certains épisodes de notre vie. Parfois, juste de se sentir compris et aimé véritablement peut faire toute la différence.

Ce qu’il faut retenir des approches et des outils de travail dans cette démarche est qu’ils ont pour but de tout mettre en ordre avec soi-même afin de favoriser et faciliter l’application et l’expérimentation de la connaissance à sa vie.

J'ai fait le choix de travailler avec des gens déterminés.

Ce qui m'oblige à devenir plus sélectif avec raison, vous le verrez bien dans ce blog.

Image crédit : pixabay.com

Prudence, pensez-y-bien

Est-ce vivre un rêve que d’aller à la rencontre de soi-même?

Anne et Daniel Meurois-Givaudan

Image crédit : pixabay.com

C’est ici que les choses se compliquent. Qu’on le veuille ou non, le monde est un milieu hostile où on doit lutter pour qu’il en soit autrement. Si vous le voulez vraiment, tout se transformera autour de vous par le rayonnement de votre plantation. Si vous êtes prêt à assumer les conséquences et responsabilités d’un tel engagement, c'est-à-dire aménager le jardin intérieur de votre vie, alors vous récolterez le fruit de vos efforts et plus, rien de moins. Pour ce qui est du reste, c’est la nature qui s’en chargera, la vie mettra tout en œuvre afin de favoriser votre épanouissement personnel.

Cependant, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Cela vous permettra de vous enligner tout de suite sur l’intérêt d’une telle approche avant de poursuivre. Dans la majorité des cas, les individus préfèrent se faire dire quoi faire plutôt que de devoir le découvrir par eux-mêmes. La bonne nouvelle est que vous pouvez dépasser ce sentiment avec de l’aide. Sans avoir à vous faire dire tout le temps quoi faire, le travail, c’est à vous de le faire. La mauvaise nouvelle est que si votre intention est de vous faire entreprendre sans avoir à lever le petit doigt, eh bien vous vous trompez royalement.

De plus, tout cela ne se fera pas sans risque, soit que vous en restez là, où que vous vous précipitiez vers un plein épanouissement. Le risque est quand même grand puisque votre vie en dépend et aussi vous n’avez pas grand-chose à perdre. Prendre le risque de faire face à ses peurs transforme et ouvre la voie pour du meilleur. Votre plus grande peur est en réalité d’aller au fond de vous. Si vous n’êtes pas sûr de vouloir que votre vie change pour le mieux, je vous dirai alors de refermer ce livre immédiatement. Soyez très vigilant et prudent, certains vous diraient « on ne sait jamais, ça pourrait marcher », avez-vous pensé aux conséquences, à tous ces changements, à l’impact que cela pourrait avoir dans votre vie? Je vous dis, ne prenez pas de risque, au cas où vous auriez à m’en tenir rigueur un jour. Si vous décidez de tourner la prochaine page, c’est sur vous seul que repose ce choix à assumer et de ce qui en découlera et aussi de vous engager envers vous-même.

Il peut être encourageant d’étudier ce que l’on veut et s’attendre avec plaisir de se découvrir dans la connaissance de soi-même. Mais assurément ce qui sera plus gratifiant et enrichissant, c’est quand vous découvrirez avec une certaine maîtrise et une ouverture du cœur ce que vous pourriez ne pas vouloir voir, ce que vous n’aimeriez pas reconnaître en vous. Le plan de match, c’est de vous attaquer à ce que vous seriez porté normalement à éviter et à esquiver. Explorez les aspects de vous que vous redoutez et êtes porté à rejeter. Pour certains, c’est plus repoussant comme aventure.

Vous hésitez, vous avez peur, vous résistez, vous ne savez plus où vous diriger? Ce qui fonctionne assurément, ce n’est pas ce que vous lirez dans ces écrits, mais ce que vous serez prêt à expérimenter et à appliquer par la suite. C’est-à-dire faire face à votre nature inférieure, vos peurs, pour laisser davantage d’espace à votre nature supérieure, à l’amour dans votre vie. Vous devrez d’abord considérer que vous en valez la peine, sinon à quoi bon? Lorsque vous êtes « uni-vers » la réalisation de vos « en-vie » de ce qui vous maintient en-vie, qui vous procure une raison d’être en-vie, tout devient alors possible.

Paresseux, veuillez-vous abstenir, cette démarche demande de poser des gestes en conformité avec ce que vous êtes, avec vos valeurs profondes, avec ce que vous pensez, ce que vous vibrez de l’intérieur. Pour être fort et possiblement devoir affronter Goliath, vous devrez vous habituer à appliquer régulièrement ces valeurs profondes, comme on s’entraîne en conditionnement physique. Cessez de vous entraîner et vos muscles s’atrophieront, votre souffle saccadé sera de plus en plus court à chaque effort que vous produirez. Eh bien pour se renforcir mentalement et intérieurement, pour développer les vertus, ce n’est pas si différent que de sarcler son jardin. Nous sommes tous menacés par ce type de cancer, personne n’y échappe. Plus vous vous laissez aller à la paresse, que vous la laissez prendre de l’expansion à votre insu sans même vous en rendre compte, sans votre consentement, plus vous vous enlisez insidieusement dans un état anémique de faiblesse généralisée. Soyez bon pour vous et songez à ce qui pourrait vous apporter plus d’aisance et d’acceptation. Serait-ce de vous ménager ou de vous dépasser?

Ce sont les bonnes et mauvaises expériences vécues qui nous ont permis d’évoluer et de devenir la personne que nous sommes devenus. Bien entendu, vous avez toujours le choix de les rejeter, mais sachez que vous vous rejetez vous-même en agissant ainsi. C’est possible d’appliquer des efforts sans devoir générer de stress inutile, jusqu’à ce que la force et le courage fassent partie de vous, et de remplacer la pernicieuse paresse. Avez-vous pensé à l’importance et au temps que vous investissez dans votre épanouissement personnel tous les jours? Si vous attendez que cela vienne sans devoir vous impliquer, ces moments d’incertitude vous mineront tout autant. Vous devez compter sur vous maintenant et cesser d’attendre que cela vienne d’ailleurs.

Si vous ne prêtez pas attention à ce que chacun des domaines et aspects de votre vie agissent dans une constante alternance, une même direction, le désordre commencera alors à s’installer bien confortablement en vous. C’est en procrastinant que vous accumulerez petit à petit votre sentiment d’impuissance et d’estime à votre égard. Le déséquilibre débute lorsqu’on rejette ou néglige l’un d’entre eux ou lorsqu’on accorde trop d’attention à l’un tout en négligeant les autres. On n’a qu’à penser à ceux qui s’investissent trop au travail et qui y perdent la santé, souvent la famille et les amis. Comme c’est triste, ne croyez-vous pas? Si vous adorez un domaine au détriment d’un autre par excès, il y aura un prix élevé au bout du compte à payer. Il s’ensuit alors une confusion totale qui vous plongera dans une obscurité terrifiante. Chacun d’eux a de la valeur et son importance, c’est pourquoi vous avez plutôt avantage à ce qu'ils obtiennent la place qui leur reviennent afin de poursuivre un but commun.

Malheureusement, très peu auront la force de s’épanouir, la vigueur pour passer à travers les obstacles par peur de l’inconnu de ce qui peut se trouver de l’autre côté. La majorité préfèrera demeurer dans l’indécision, l’insécurité, l’incertitude et de justifier ses choix par des raisons quand même logiques, mais tellement peu valorisantes et sans avenir. Rêver et espérer d’autres idéaux est l’essence même de la vie et celle de se laisser dévorer tout cru est contre nature pour nous, les humains.

Réalisez-vous maintenant à quel point l’épanouissement personnel requiert comme engagement de votre part? En temps, en énergie, financièrement, en effort modéré, mais soutenu. C’est énorme pour un cultivateur qui veut beaucoup, car celui qui sème peu, récolte peu.

Finalement, pour les plus courageux, toutes ces remises en question seront bouleversantes à plusieurs égards, pour vous et autour de vous, pour ceux qui le vivent et ceux qui le subissent. Vous aurez à renoncer à certaines façons de vivre et de penser que vous aviez adoptées jusqu’à maintenant. Vous aurez à renoncer à certaines personnes, à votre travail peut-être, vous confrontant à votre insécurité financière, à un déménagement, qui sait? Croître, fleurir, prospérer, s’épanouir tout cela pour parvenir à vivre comme vous le désirez véritablement, plutôt qu’un idéal inférieur et médiocre, mais quand même nécessaire à un plein épanouissement. Cela en fait pleurer et rebuter plus d’un, ce n’est pas parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent qu’ils n’y parviennent pas. Ce n’est pas non plus parce qu’ils ne savent pas pourquoi. Ils ne parviennent pas à dépasser ce qui les rend captifs, cette emprise qu’ont la peur et les résistances sur eux. Une résistance, c’est de l’énergie dépensée inutilement et surtout délibérément pour de la sécurité et pour demeurer dans sa zone de confort (prison) au prix de sa liberté. Puisque c’est l’évolution, le progrès, le changement, l’épanouissement… qui apportent leur lot de résistances.

Ce qui vous retient de poser les actions ferait toute la différence. Il y a pourtant celles qui les libéreraient, mais combien sont prêts à faire les efforts nécessaires? La liberté est-elle une menace à votre zone de confort, aux plaisirs de la vie tels que la nourriture, l’alcool, le sexe, le pouvoir, la richesse, le matériel, etc.? Quelle est votre illusion? Je ne suis pas là pour vous convaincre, ni pour vous dissuader de quoi que ce soit, mais pour vous faire saisir une réalité bien subtile, avec amour comme elle se présente pour vous. Quelle est votre réalité? Comment composerez-vous avec? Voilà ce que peut aussi apporter la thérapie d’épanouissement. C’est un « pensez-y-bien ». Une fois le processus engagé, vous ne pourrez plus rebrousser chemin. Même dans les sols les plus stériles et les climats arides, la vie peut s’épanouir. Cela peut prendre un peu plus de temps, mais ce n’est pas impossible. Ne désespérez jamais, la vie est bien plus forte que les limites et résistances que nous nous imposons, quelles qu’elles soient.

Ce livre servira d’excellent guide pour entreprendre une démarche d’épanouissement personnel. Toutefois, dans le cas particulier où la personne se retrouverait dans une situation de crise ou dans une profonde détresse, ce livre malheureusement ne risque pas d’être suffisant. S’il tel est le cas présentement, je vous encourage fortement, sans plus tarder, à recourir à une aide professionnelle.

 

Ce que ne dit pas une résolution du nouvel an 

Rappelez-vous combien de temps vos résolutions ont tenu le coup? Avez-vous respecté votre engagement envers vous-même? Pourquoi est-ce que cela ne fonctionne pas? 
Arrêtez-vous un instant et pensez à la façon dont vous vous y êtes pris pour retenir par cœur, soit un numéro de téléphone, un nom, ou une date de naissance. Et bien, dans cet exemple bien simple, se cache un secret qui n’en est pas un.

 
D'abord, puisque l'intérêt y est ,vous lui avez prêté attention, vous lui accordez tout le respect qu’il est en droit de recevoir tout en réalisant l’importance que cela a pour vous. Une fois que votre attention est captée, et que vous ayez compris la signifiance de l’intérêt qui vous uni l’un à l’autre, que le lien est établi. Du moins suffisamment pour que vous décidiez de prendre l’engagement de le retenir, de le maintenir présent à votre esprit. Votre intention est telle que cela n’en prend pas moins pour vous soutenir tant et aussi longtemps que cela aura une importance pour vous; c’est cette intention qui vous donnera la volonté de le maintenir en vie.
C’est aussi ce qui vous amènera à passer à l’action, car sans action, toute intention s’avère nulle en soi. Ce sont les actions qui feront en sorte que toute démarche, peu importe laquelle, devient crédible et viable. Aucun rêve, objectif ou but ne peut être atteint sans action. Enfin, ce qui vous permettra d’atteindre votre objectif jusqu’au bout, c’est la constance. Si vous voulez persévérer et aller jusqu’au bout, vous devrez rendre toute cette démarche-là plus légère possible. Vous devez absolument avoir du plaisir pour créer ce que vous voulez vraiment. C’est nécessaire pour maintenir le cap et la cadence pour ne pas se décourager en cours de route tout au long de votre processus. 


Vous devez également constamment par la répétition reprogrammer votre subconscient, votre mémoire à être fidèle à tous les jours, à maintenir le focus.

Quelle est mon intention véritable par rapport à mon objectif, but ou rêve?

De quelle façon je vais maintenir mon attention et ne pas me laisser distraire par l’extérieur?

Quelles seront les actions que je poserai dans ce sens? 

Quel engagement est-ce que je décide de prendre?

De quelle façon je vais m’organiser pour avoir du plaisir à le faire?

De quelle façon vais-je créer ce que je veux dans ma vie?

Comment vais-je m’assurer, par la répétition et l’auto programmation, avoir la volonté suffisante pour persévérer et maintenir une constance quotidienne?

C’est ce que ne dit pas votre résolution, avec cela vous y parviendrez.

Vivre selon de nouveaux paramètres

Les gens ont du mal à tourner le dos à leurs souffrances. Par peur de l’inconnu, ils préfèrent les souffrances qui leur sont familières.

Thinch Nhat Hanh

Image crédit : pixabay.com

Lorsque vous avez faim ou soif, vous mangez ou buvez. Quand vous avez froid, vous vous habillez, vous vous réchauffez. Lorsqu’il pleut, vous vous protégez d’un imperméable ou d’un parapluie. Lorsqu’une plante a soif, vous lui donnez de l’eau. Eh bien pour faire face à la controverse, aux conflits, aux difficultés, aux problèmes, c’est la même chose, vous avez besoin d’outils, de stratégies, de tactiques pour les résoudre. Par contre, vous n’utiliserez pas un parapluie pour étancher votre soif. Chaque chose a une fonction particulière, je dirais plus efficace dans certains cas qu’une autre. C’est pourquoi il est important, non seulement de reconnaître votre situation actuelle, mais de connaître exactement vos besoins pour savoir ce qui serait le mieux pour vous.

Au départ, il faut connaître les moyens que vous avez à votre portée et réaliser combien nécessaires ils peuvent être avant de pouvoir les utiliser. Les moyens que l’on se donne pour vivre selon de nouveaux paramètres dans le cadre d’un accompagnement en épanouissement vous le permettent. Cependant, ce que le semeur, thérapeute ou coach favorise avant tout, c’est de vous faire confiance à vous comme à la nature de toute vie afin que vous puissiez éventuellement vous en servir dans un avenir assez rapproché. C’est une fois la semence en terre que le semeur commence à faire confiance pour le reste. Par amour pour la vie qui prendra racine. Avec tout l’amour que nous recevons et donnons, tout devient alors possible. C’est la somme de nos participations et collaborations, en travaillant ensemble à un projet de vie commun, qui génèrera la force nécessaire à tout accomplissement.

Ces moyens ont été choisis en priorité afin d’établir de nouveaux paramètres et de vous aider à être plus autonome et responsable de votre plein épanouissement. Ils doivent également vous permettre de le mettre en application, c’est essentiel pour obtenir des résultats durables, tout en acceptant un travail de coopération.

Votre meilleur et le plus important des outils, c’est vous, ou pourrais-je dire le meilleur de vous, votre vraie nature celle qu’on ignore tous au début avant d’avoir fait appel à ses origines. C’est plus important encore que tous les autres outils qui ne sont qu’additionnels. Ce programme doit faire ressortir vos talents, donner vie à votre potentiel et vous permettre d’optimiser pleinement les opportunités qui s’offrent à vous et concrétiser vos espoirs tout en vous ramenant à l’essentiel. Tout cela afin de combattre les complications que vous avez et vous permettre de réaliser qu’elles ne sont que transitoires. L’anéantissement de tout ce qui vous empêche de vous épanouir est le but ultime de toute cette démarche.

Je ne crois pas qu’une formule magique ou des pilules soient en mesure de résoudre vos problèmes. C’est en partie pour cette raison, pour moi d’abord, ensuite pour les autres, plutôt que de me plaindre continuellement du système que je me suis donné comme défi d’offrir quelque chose de complémentaire ou de mieux encore à ce qui existe déjà.

Au départ, mon seul mérite a été de vouloir cesser de souffrir, de vouloir sauver ma peau. Je crois maintenant que vous le pouvez, vous aussi. Il ne s’agit que de vous en donner les moyens. Lorsque des principes de base sont rigoureusement mis en application avec ferveur, il n’y a aucune raison pour que vous n’arriviez pas à faire face à l’inconnu.

Le terrain fertile parmi toutes les possibilités qui vous sont offertes est représenté ici par l’épanouissement personnel. Elles occupent une place privilégiée dans le sens que les conditions de vie, les moyens suggérés sont multiples et flexibles. Ces possibilités peuvent être utilisées de façon simultanée, puisque vous êtes libre d’expérimenter celles qui vous conviennent le mieux. Toutefois, l’ensemble de ces approches ne sont pas indispensables à un épanouissement. De toute façon, vous ne parviendrez jamais à maîtriser parfaitement la technique. De plus, cela vous empêchera de penser par vous-même, d’avoir recours à votre créativité et à votre intuition. Ce qui est mis à l’honneur ici, ce n’est ni le thérapeute ni la recette miracle, c’est l’individu. Toute approche et tout thérapeute, y compris moi-même, se sont buté plus d’une fois à un mur. Démuni et impuissant devant la particularité des cas et des exceptions à la règle, souvent confronté à devoir tout remettre en question, et finalement devoir faire davantage confiance à son client qu’aux moyens qu’il a étudiés pendant plusieurs années. À devoir me faire davantage confiance qu’aux études que j’ai faites, qu’aux centaines de livres que j’ai lus, qu’aux discussions enrichissantes que j’ai eues avec des personnes signifiantes. La personne, de toute façon, se retrouvera toujours face à elle-même.

La bonne méthode, consiste à n’essayer de transcender nos limites que l'une après l'autre, avec patience. Richard Bach

L’épanouissement personnel est particulièrement bon parce qu’il s’adapte à la réalité de l’individu désireux de découvrir sa réalité intérieure. Tout se passe dans cette relation que vous entretenez avec vous-même, « entre toi et toi et vous deux. » Alors l’individu est appelé à passer d’une personne ordinaire à une personne plus responsable de sa transformation, plus consciente jusqu’à ce qu’elle puisse s’éveiller. Pas de promesse qu’on ne peut tenir, pas d’attente, pas de déception et d’insatisfaction sur votre progrès, mais sans cesse plus conscient de la réalité telle qu’elle est, sans oublier que cela vous engage au travail de toute une vie. J’ai réalisé que les gens, et moi y compris, ce que nous voulons, c’est qu’on croit en nous. Pas en une recette miracle, non pas que ce quelqu’un d’autre croit en nous, mais de parvenir à croire en nous. C’est ce que les gens ont besoin, soit que quelqu’un les amène à croire en eux. C’est comme ça que, petit à petit, les gens s’épanouissent à leur propre rythme et parviennent à entretenir des relations avec des gens sans établir de rapport de force entre eux, sans se comparer, sans se diminuer outre mesur, ou surestimer la valeur d’une autre personne qu’elle. Nous sommes toutes des personnes qui veulent être heureuses, mais qui ne savent pas comment s’y prendre. Même si certains semblent mieux réussir que d’autres, demandez-leur et ils vous le diront : « Oui, j’ai beaucoup de chemin de parcouru, mais combien plus conscient du chemin qu’il me reste encore à parcourir, pourvu que vous ayez toujours le désir de vous épanouir, d’évoluer, de vous instruire, d’élargir votre champ de vision. Alors vous réussirez vous aussi. »

Ce que ne dit pas une résolution du nouvel an 

Rappelez-vous combien de temps vos résolutions ont tenu le coup? Avez-vous respecté votre engagement envers vous-même? Pourquoi est-ce que cela ne fonctionne pas? 
Arrêtez-vous un instant et pensez à la façon dont vous vous y êtes pris pour retenir par cœur, soit un numéro de téléphone, un nom, ou une date de naissance. Et bien, dans cet exemple bien simple, se cache un secret qui n’en est pas un.

 
D'abord, puisque l'intérêt y est ,vous lui avez prêté attention, vous lui accordez tout le respect qu’il est en droit de recevoir tout en réalisant l’importance que cela a pour vous. Une fois que votre attention est captée, et que vous ayez compris la signifiance de l’intérêt qui vous uni l’un à l’autre, que le lien est établi. Du moins suffisamment pour que vous décidiez de prendre l’engagement de le retenir, de le maintenir présent à votre esprit. Votre intention est telle que cela n’en prend pas moins pour vous soutenir tant et aussi longtemps que cela aura une importance pour vous; c’est cette intention qui vous donnera la volonté de le maintenir en vie.
C’est aussi ce qui vous amènera à passer à l’action, car sans action, toute intention s’avère nulle en soi. Ce sont les actions qui feront en sorte que toute démarche, peu importe laquelle, devient crédible et viable. Aucun rêve, objectif ou but ne peut être atteint sans action. Enfin, ce qui vous permettra d’atteindre votre objectif jusqu’au bout, c’est la constance. Si vous voulez persévérer et aller jusqu’au bout, vous devrez rendre toute cette démarche-là plus légère possible. Vous devez absolument avoir du plaisir pour créer ce que vous voulez vraiment. C’est nécessaire pour maintenir le cap et la cadence pour ne pas se décourager en cours de route tout au long de votre processus. 


Vous devez également constamment par la répétition reprogrammer votre subconscient, votre mémoire à être fidèle à tous les jours, à maintenir le focus.

Quelle est mon intention véritable par rapport à mon objectif, but ou rêve?

De quelle façon je vais maintenir mon attention et ne pas me laisser distraire par l’extérieur?

Quelles seront les actions que je poserai dans ce sens? 

Quel engagement est-ce que je décide de prendre?

De quelle façon je vais m’organiser pour avoir du plaisir à le faire?

De quelle façon vais-je créer ce que je veux dans ma vie?

Comment vais-je m’assurer, par la répétition et l’auto programmation, avoir la volonté suffisante pour persévérer et maintenir une constance quotidienne?

C’est ce que ne dit pas votre résolution, avec cela vous y parviendrez.

Nos collaborateurs

 

     Gabrianne Roy Photographie